kwamama 6

Rwanda: Les gens commencent d’oublier les habits à choix multiples

0

La décision d’interdire l’importation des habits de l’étranger à choix multiples (seconde main) n’a pas encore duré plus d’une année, néanmoins les rwandais commencent de les oublier, les vendeurs ne parviennent pas à trouver des acheteurs, les deux parties préfèrent d’utiliser les habits du magasin, les habits à choix multiples disparaissent petit à petit parce qu’ils sont chers.

Depuis juillet 2016, les taxes sur les habits et souliers de la seconde main se sont multipliés de vingt cinq fois. Depuis lors, les vendeurs se sont éparpillés pour aller chercher d’autres moyens de vivre. L’un des vendeurs des souliers dans son témoignage de dire :’’ Parmi les anciens vendeurs, il ne reste que 1/10,  à Gisozi de 600 vendeurs il ne reste que 50 seulement, les autres sont devenus des conducteurs des taxis motocyclettes ou de vendre la boutique.

Les vendeurs des habits de la seconde main disent que bien que les habits des magasins sont disponibles en grande quantité, mais ils n’encaissent des profits par rapport aux habits de la seconde main.

Témoignage d’un autre :’’Un vendeur pourrait acheter un ballon à 500.000 Frw, lors de la première ouverture de vente de gagner toute suite un gain de 100.000 Frw.’’

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Et l’autre d’ajouter ‘’ Un ballon de essuie-mains en gros coutait 90.000 Frw de 70 pièces, au détail un essuies- mains coutait 1.500 Frw et de faire un gain de 15.000 Frw  à l’instant, celui qui optait les vendre comme commerçant ambulant, vendait une pièce à 3.000 Frw et d’avoir un gain de 120.000 Frw endéans d’une ou deux semaines seulement.

La décision d’interdire les habits de la seconde main au Rwanda est conforme aux résolutions de la communauté des Pays de l’Afrique de l’Est de diminuer les importations, de façon qu’après trois ans les produits ne pourront plus entrer dans les pays membres surtout ceux que les pays peuvent produire eux-mêmes produire.

Dans le budget de 2016-2017, le ministère rwandais des finances a dit que les taxes sur les habits et souliers de la seconde main doivent être augmenté dans le cadre de démoraliser les vendeurs et acheteurs.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter 

Abdou Nyampeta

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.