kwamama 6

Rwanda: Ministre Philbert demande pardon pour avoir eu père génocidaire

0

Le 12 décembre 2016, Ministre rwandais de la Jeunesse et ICT, Philbert Nsengimana, au cours d’une communication aux 800 jeunes de la diaspora rwandaise  qui participent dans une session ITORERO à Gabiro, dans la Province de l’Est a demandé pardon pour avoir eu un père qui a participé dans le génocide des Tutsis de 1994, lorsqu’il été Bourgoumestre au régime de feu Président Juvenal Habyarimana mort en 1994.

[ad id=”3484″]

Ministre Philbert Nsengimana,  regrettant que son père, alors bourgmestre dans la période où courait le génocide a participé à son execution, a dit  que Mon père était politicien dans le gouvernement génocidaire de 1994. Pour cela je demande pardon. Le fait que je n’ai pas eu le courage de me lever pour récuser ce que les criminels faisaient dussé-je y laisser ma vie, cela je le ressens comme un opprobre qui s’ajoute au premier “.

Encore de dire “Quand je me remémore la scène et constater combien j’étais bien au chaud dans ma famille alors qu’un autre enfant courait de cachette en cachette et dire que je n’ai rien fait pour le secourir, je sens un poids lourd d’opprobre. Et c’est de ce profond regret où je tire la force de reconstruire ce pays qui est différent de celui des années de mon enfance”.

Cette autorité a dit que le fait que son père a écrit une cruelle et mauvaise histoire, il n’aurait pas dû bénéficié des privilèges qu’il a aujourd’hui. Pour lui, il devait répondre du mal commis par son père et par le gouvernement génocidaire de 1994.

Il tient ces prpos “Mon père était bourgmestre au moment du génocide. Le fait que je suis ministre actuellement montre que dans ce Rwanda actuel il a égalité de chance pour tous les Rwandais.”

[ad id=”3484″]

Dans son allocution, le Ministre d’ évoquer des versets bibliques et de lire: “Un passage de la Bible dit “Je suis un Dieu jaloux. Je punis les enfants pour les péchés commis par leurs pères.”  Avec ce verset biblique, je fais une relation avec l’histoire familiale. Mon Père était dirigeant en ces moments-là. Je suis né alors qu’il était bourgmestre. Il l’est resté jusqu’à mon âge de maturité, 18 ans. Je pensais que j’allais expier ses crimes. Mais cela n’a pas été ainsi. Cette faveur d’être ministre qui m’a été offerte m’a longtemps travaillé ”

Philbert Nsengimana montre que cela est déjà signe que les histoires de ségrégation ethnique c’est du passé.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Abdou Nyampeta/Bwiza.com

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.