kwamama 6

Témoignage : Plus de 1 000 ressortissants rwandais mènent un calvaire au Kenya

0

Elizabeth Nyirabatware, 93 ans, témoigne le calvaire qu’elle mène au Kenya avec  plus de mille confrères en provenance du Rwanda,  depuis les années 1930 et 40s, The East African raconte.

 Epouse de Joseph Rwasa Nyabenda, le couple  n’avait pas encore d’enfants quand il décida de quitter le Rwanda, recrutés pour aller travailler dans les vastes plantations de thé à Kericho et Bomet au Kenya.

Les plantations appartenaient aux colons belges. Ces rwandais espéraient de meilleures perspectives dans les terres “étrangères”. Nyirabatware décrit le Kenya à l’époque comme une «terre de lait et de miel», elle et son mari ont eu «une expérience de travail enrichissante pour les colonialistes», qui a payé «des salaires attrayants et d’autres avantages.

“Nous avons reçu d’autres incitatifs, y compris des promotions, des rations de céréales gratuites et des couvertures de lits pour nos services”, se souvient-elle avec un sourire. Elle décrit le travail comme difficile mais gratifiant. Elle prélève plus de 30 kilos de feuille de thé par jour.

Nyirabatware dit qu’elle reste la doyenne d’âge, des ressortissants rwandais et  déplore la réticence du Kenya à «nous reconnaître en tant que citoyens» malgré «passer toute notre vie au service du gouvernement».

Ce peuple ressortissant du Rwandais reste sans pièces, les policiers kenyans les tabassent toujours ; et le gouvernement à Kigali na parvient pas à les rapatrier.

En kinyarwanda fluide et Kiswahili cassé, Nyirabatware fait appel au président kenyan Uhuru Kenyatta et à son gouvernement de reconnaître cette  communauté rwandaise. “Avant de mourir, je demande au président Kenyatta et à son gouvernement de fournir à moi et à d’autres ressortissants rwandais des cartes d’identité”, dit-elle à travers un traducteur.

Nyirabatware, maintenant grand-mère, a des souvenirs vivants de ses 72 ans au Kenya. Elle est actuellement sous la garde de sa quatrième fille, Anna Nyabenda, une mère de six ans, veuve il y a plus de 10 ans.”Les enfants de ma fille sont tous mariés, je suis une arrière-grand-mère; Il n’y a que nous deux dans cette maison “, dit-elle.

Nyirabatware dit qu’elle n’a aucun désir de retourner dans son pays natal, qualifiant le Kenya de «la seule maison qu’elle connaît».”Un de mes fils est revenu au Rwanda en 1994, et il a été tué dans le génocide; le Kenya est la seule maison que je connais », at-elle déclaré.

Dans un entretien récent avec The EastAfrican à Kericho, les Rwandais ont exprimé leur souhait d’être reconnus comme des Kenyans, comme la communauté reste dans ce pays depuis près de 70 ans. “Nous préférons obtenir des cartes d’identité kenyanes puisque nous avons perdu contact avec nos racines rwandaises et n’y avons pas de relations familiales. Et nous sommes confrontés à l’hostilité chaque fois que nous essayons de rentrer à la maison “, ont-ils affirmé.

Les Rwandais cherchent à être inscrits comme la 44ème tribu du Kenya et à jouir des mêmes droits et privilèges constitutionnels que les citoyens kenyans et se voir délivrer des cartes d’identité kenyanes.  D’autre part, les autorités rwandaises les ordonnent de “retourner dans leur pays d’origine au Kenya” chaque fois qu’ils tentent de retourner au Rwanda.

Gerald Ndagijimana Senkomo, qui est le président de l’Association rwandaise du Kenya, dit que ses parents sont venus travailler au Kenya dans les années 1930. Maintenant 67 ans, il est né à Kericho et reconnaît seulement le Kenya comme son domicile et ne revendique aucun attachement à sa maison ancestrale du Rwanda. «Je n’ai pas de certificat de naissance, de carte d’identité, de compte bancaire ou de toute autre documentation nécessaire au Kenya, et je ne reçois pas non plus de services publics ou de propriété – même si j’avais de l’argent – faute de documents clés», at-il déclaré.

La constitution du Kenya stipule que tout citoyen, né ou naturalisé, doit être enregistré et délivré avec une carte d’identité nationale comme preuve de citoyenneté. La carte d’identité est utilisée pour traiter toutes les questions civiles et économiques dans le pays, et l’absence de laquelle est considérée comme un crime civil.

Par ailleurs, l’Ambassade du Rwanda est au courant du problème. Les bonnes relations entre le Kenya et Le Rwanda, et surtout dans l’esprit de la Communauté d’Afrique de l’Est donnent espoir. James Kimonyo, Ambassadeur du Rwanda au Kenya promet une solution durable d’ici peu de temps.

Il dit,  « Je dois engager toutes les institutions compétentes du gouvernement Kenyan, a résoudre ce problème aussitôt que possible ». La plupart des ressortissants rwandais à Kericho et Bomet sont issus de Gitarama, Butare au Sud du Rwanda, ainsi que Gisenyi à l’Ouest ver la RDC ; mais ne peuvent pas tracer leurs proches après les décennies de séjour au Kenya.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Abdou Nyampeta

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.