Les solutions locales sont des initiatives locales adaptées au Rwanda pour répondre aux problèmes auxquels la société était confrontée, en particulier à la suite du génocide de 1994 contre les Tutsi.

Intitulé en anglais ‘Homegrown solutions: A Legacy to Generations in Africa,’ «Des solutions maison: un héritage aux générations d’Afrique», cet ouvrage est un recueil d’essais décrivant et analysant la nature et la profondeur des «solutions développées localement» telles qu’elles sont présentées dans Rwanda après le génocide.

Rédigé par 23 contributeurs de diverses disciplines professionnelles, le livre de plus de 400 pages examine de manière analytique des solutions locales telles que le travail communautaire (Umuganda), les tribunaux Gacaca, les médiateurs communautaires (Abunzi), le travail de solidarité (Ubudehe), entre autres; saluant les valeurs africaines en tant que moteur potentiel du développement du continent.

Le livre présente le chemin parcouru par le Rwanda comme un moyen par lequel les gens trouvent des solutions à leurs problèmes sans nécessairement s’appuyer sur des outils extérieurs.

Les auteurs sensibilisent les nouvelles générations africaines à leur responsabilité envers le développement du continent, où la paix et la prospérité sont au rendez-vous.

«De toute évidence, le panafricanisme et les valeurs culturelles et éthiques africaines seront à la fois le fondement et le moteur du développement de l’Afrique. C’est précisément ce message que des auteurs de divers horizons tentent de transmettre aux générations futures dans ce volume », écrit l’un des auteurs, Elisée Musemakweli, vice-chancelier de l’Institut protestant des arts et des sciences sociales.

Selon lui, pour que le développement de l’Afrique se réalise, «les différentes générations doivent tenir en haute estime le rôle des valeurs éthiques et culturelles» dans la lutte pour libérer le continent des guerres, de la violence, de la corruption, du mauvais gouvernement, de la pauvreté et d’autres formes de mal.

Le professeur Tharcisse Gatwa (journaliste et théologien) et Deogratias Mbonyinkebe (anthropologue de l’Université du Rwanda) ont coordonné la création d’une équipe composée d’avocats, de théologiens, de professeurs et d’anthropologues, entre autres disciplines pour contribuer au livre.

Dans une interview accordée au Sunday Times, Gatwa a déclaré que le livre examinait les solutions locales d’un point de vue historique, en examinant les mécanismes utilisés par la société rwandaise ancienne pour faire face aux problèmes.


Les professeurs Tharsisse Gatwa (À gauche) et Deogratius Mbonyinkebe lors du lancement officiel du livre à Kigali vendredi. / Sam Ngendahimana

 

Citant l’exemple des tribunaux Gacaca, Gatwa a déclaré que si les Africains pouvaient choisir et récupérer les mécanismes traditionnels appropriés, ceux-ci pourraient éventuellement servir de remède à certains problèmes sociaux, “En utilisant le système juridique romain, le Tribunal pénal international pour le Rwanda à Arusha a dépensé des milliards de dollars mais n’a réussi à traiter que moins d’une centaine cas de génocides. Mais la Gacaca, qui est notre méthode traditionnelle de résolution des conflits, a résolu environ deux millions de cas en environ dix ans », a-t-il déclaré.

Il a toutefois insisté sur le fait que des efforts devaient être faits pour améliorer ces mécanismes,
là où il faut .

Le professeur Mbonyinkebe a fait écho à des sentiments similaires. «Lorsque nous parlons d’utiliser nos initiatives locales, nous ne voulons pas les utiliser sans quelques ajustements. Nous devons relire la tradition afin de voir le bien, de la reprendre et de laisser de côté le mal », a-t-il déclaré.

Les experts ont également insisté sur le fait que religion ne veut pas dire démolir complètement la culture. Le professeur Gatwa a insisté sur le fait que les bonnes valeurs traditionnelles s’inscrivent dans les enseignements bibliques de l’amour.

Il a donné l’exemple d’Ubudehe qui, selon lui, «s’inscrit dans les enseignements bibliques de prendre soin des personnes vulnérables».

 

ACHA JIBU

Tanga igitekerezo
Andika amazina